Après avoir délaissé notre coin de Chine sous les premiers flocons de neige du mois de janvier, nous avalons les kilomètres de bus puis d’avion pour atterrir, toujours en collant-doudoune, dans le tumulte et les 35 degrés de la capitale thaïe. Pendant quelques jours, nous faisons la visite des temples à l’architecture dorée ainsi que des quartiers animés emblématiques de la cité.

IMG_4323

Wat Benchamabophit, le temple de marbre

IMG_4594

IMG_4453

Moon Bar et sa vue imprenable au 60ème étage d’un hôtel 5 étoile. Pour la petite histoire, on y est arrivé en tuk-tuk, basket t-shirt entre les limousines et les robes de soirée…

IMG_4486

Le marché flottant de Damnoen Saduak

IMG_4625

Wat Pho

Quelques jours de visite plutôt sympa, cependant le développement effréné du tourisme semble avoir ruiné l’authenticité de cette ville. Les arnaques et les pièges induits par cette industrie à la croissance vertigineuse, nous fatiguent très rapidement. En manque d’air frais, nous reprenons la route pour aller voir à quoi ressemblent les falaises dans le nord-est du royaume.

En chemin, nous décidons de faire un crochet par le parc national de Khao Yai, afin d’observer en compagnie de Dew, un guide indépendant expert et amoureux de la nature, les singes, toucans et même un éléphant qui vivent en liberté dans cette jungle. Un vrai bol d’air frais !

IMG_4706

IMG_4800

Nous déposons ensuite nos sacs à dos à Nam Pha Pa Yai Camp, pour un court séjour dans ce camping situé au cœur de la province de Saraburi. Le site, aménagé de petites huttes en bambou, est conçu de manière à engendrer le moins d’impact possible sur l’environnement. Panneaux solaires et autonomie complète, aucune ligne électrique ne vient gâcher la beauté du paysage.

IMG_4906

A 2 minutes de marche et une traversée en tyrolienne de la rivière, nous atteignons une falaise calcaire compacte et légèrement déversante, avec un large panel de profils et de difficulté. Jim enchaîne un joli 8a puis à mon tour, je sors la voie que j’avais en ligne de mire, un 8b qui se révèle plutôt soft à mon avis. Peu importe la cotation, nous passons une magnifique journée dans ce site 5 étoiles, que nous achevons le soir venu par de belles rencontres autours d’un succulent souper thaïe, préparé par notre hôte Joy Sirilak, que je remercie encore pour son accueil et sa gentillesse!

IMG_4845

Un jour de farniente plus tard, nous grimpons un poil à l’étroit à l’arrière du pick-up de Joy en compagnie de six autres grimpeurs, nos sacs de voyage et quelques crash pads, direction Sikhiu, où se déroule un contest de bloc. Organisé par Camille Guignard, un ami suisse qui a beaucoup contribué au développement du bloc dans la région, une centaine de personne d’ici et d’ailleurs usent ensemble le bout de leurs doigts sur un grès très adhérent de super qualité. En prime, je repars du contest un crash pad sous le bras ce qui tombe à pic, j’avais justement un peu trop de place dans mon sac 😉

compet

Conseillés par les grimpeurs que nous venons de rencontrer, nous décidons ensuite de faire un petit détour par le Laos. Après une dizaines d’heures passées dans un bus transformé en camion frigorifique par la clim, que le chauffeur impassible rechigne à éteindre, nous franchissons finalement le mythique fleuve du Mékong pour atteindre sur l’autre rive, la ville laotienne de Thakhek.

IMG_5055

IMG_5115

Encore méconnue des touristes, cette ancienne cité caractérisée par ses anciennes maisons françaises, vestige de l’époque coloniale, frappe en particulier par la beauté des paysages bordant la ville. Entre les rizières et les étendues poussiéreuses de terre orangée, ce paysage est sillonné par une route qui s’étire entre les montagnes karstiques, au bord de laquelle on aperçoit quelques troupeaux de buffles et chèvres broutant en liberté, ainsi que des maisonnettes de bambou sur pilotis. D’autres familles moins chanceuses, vivent sous le toit de leur étalage de pastèques ou à même le trottoir, abritées par une simple moustiquaire.

IMG_4995

IMG_5352

Le marché local de Thakhek où on trouve de quoi pimenter sa soupe avec des oiseaux colorés et des rats.

Deux motards plutôt précoces

Deux motards plutôt précoces

IMG_5158

Un jeune pêcheur et sa prise, peu de temps avant qu’elle soit transformée en brochette

IMG_5135

En selle sur notre moto-scooter, nous parcourons les 12 kilomètres de bitume qui nous séparent des falaises, pour nous rendre tout d’abord dans le secteur phare de ce site d’escalade, un toit horizontal, démesurément long d’une dizaine de mètres. Talons, lolottes, coincements de genou, ce gruyère de calcaire sculpté en 3D met à rude contribution tout notre corps, en particulier nos abdos qui s’étaient fait plutôt discrets ces derniers temps. Mais avec plus de 200 voies du 4 au 8a+ (et quelques projets plus durs), réparties sur des profils variés, il y en a pour tous les goûts. Un peu trop ambitieux, on rampe d’abord dans les projets, mais la chaleur et une petite baisse de forme nous incite plutôt à nous faire plaisir dans les 8a max. Une belle semaine que Jim très audacieux, clôture en beauté en tentant les coiffeurs locaux, se retrouvant au final avec une tête de Lego.

En chemin pour la falaise

En chemin pour la falaise

En dessous de moi, la rivière s’écoule à travers une grande caverne rejoignant un lac

En dessous de moi, la rivière s’écoule à travers une grande caverne rejoignant un lac

Des trous de toutes les formes que la nature a pu inventer pour mettre à rude épreuve les biceps de Jim

Des trous de toutes les formes que la nature a pu inventer pour mettre à rude épreuve les biceps de Jim

IMG_5365

IMG_5508

IMG_4962

11170012

Un peu chargé (avec moi en plus à bord entre deux sacs), pour rejoindre la gare routière lors du départ de  Thakhek

Un peu chargé (avec moi en plus à bord entre deux sacs), pour rejoindre la gare routière lors du départ deThakhek

Bien que nous avions en tête une image plutôt négative du sud de la Thaïlande et ses hordes de touristes, tirée des récits de nos amis grimpeurs, nous reprenons tout de même la route pour Krabi, afin de nous faire notre propre idée.

IMG_5838

A peine après avoir posé la première tong sur la plage de Tonsaï, senti les premières gouttes de sueur perler sur nos fronts alors que les moustiques se font un festin de mes jambes déjà zébrées par les égratignures et un arc-en-ciel d’hématomes, nos premières impressions de l’endroit semblent confirmer le diagnostic: derrière la plage de Tonsaï, où se dressait une jungle de cocotiers et de bananiers, de nombreux arbres ont été abattus dans le but de construire un hôtel de luxe, laissant place à des dizaines de déchets jonchant par endroit la forêt. Et bien que la contribution économique du tourisme est indéniable et essentielle pour la population thaïe, on peut se demander combien d’années reste-t-il à Tonsaï avant que l’utilisation démesurée des ressources naturelles ne soit épuisée.

Cependant, la chaleur nous obligeant à nous lever à l’aurore pour grimper au bord de la mer sans dégouliner, Tonsaï se dévoile le lendemain au lever du soleil désert de monde, splendide. Les petites échoppes se réveillent gentiment, alors que les barques à moteur des pêcheurs, le sifflement des oiseaux et le bruissement des arbres où se balancent les singes et écureuils, sont seuls à rompre le silence. Une brise soufflant sur nos épaules, la marée qui monte puis descend cadence nos matinées jusqu’à ce que les rayons brûlants du soleil viennent lécher la falaise.

DSC02679

Photo: Daniel RudolfvonRohr

Photo: Daniel RudolfvonRohr

Railay est

Railay est

P1307037_DxO_high

IMG_6395

Les voies dures sont éparpillées principalement sur deux secteurs face à la mer. Des voies plutôt courtes et patinées, l’escalade ne nous scotche pas sur place. Mais parce qu’il n’y a pas que l’escalade dans ce voyage, entre baignades, merveilles culinaires et balades dans une jungle à la Jurassic Parc, user la gomme de nos chaussons dans un cadre pareil, en compagnie d’une super équipe, restera un souvenir unique de notre voyage.

Ça chauffe à Tonsaï! Ce n’est pas Jim absorbant un sac à magnésie par jour qui me contredira.

Ça chauffe à Tonsaï! Ce n’est pas Jim absorbant un sac à magnésie par jour qui me contredira. Photo: Daniel RudolfvonRohr

Petit crabe-Raphaël Nadal qui surdéveloppe une seule de ces pinces.

Petit crabe-Raphaël Nadal qui surdéveloppe une seule de ses pinces.

Les danseurs de fire Poi

Les danseurs de fire Poi

Après m’être acharnée inutilement sur un 8b dont un mouvement en jeté aura finalement eu raison de moi, je passe le reste du séjour sans prise de tête dans quelques 8a dont je suis finalement satisfaite. La malchance et un mauvais mouvement ont malheureusement coûté une semaine de repos forcé à Jim, qui se blesse en grimpant. L’annulaire hors-service, je le traîne alors presque chaque matin dès 6h30 pour venir m’assurer. C’est pas beau les vacances Jim 🙂 ?

P1306966_DxO

IMG_6173

IMG_6323

Une étape de plus touche à sa fin et lesté une nouvelle fois d’un peu plus de souvenirs et surtout de kilos à caser dans nos sacs, c’est au Pays du Soleil-Levant que s’amorce un nouveau départ.

IMG_6381

Encore merci à mes partenaires Scarpa, Mammut et la BCJ mais également à nos familles et amis qui gardent contact avec nous. On pense à vous !

A bientôt,

Kat.